Quand un journaliste français ne sait pas quoi écrire, il décide d’écrire un article sur Pattaya la ville du sexe en Asie.

Pattaya la ville du sexe

L’article commence par une citation :

Si tu veux des plages tu vas à Phuket, si tu veux du sexe tu vas à Pattaya.

Donc Bangla Road n’existe pas dans le monde des bisounours bobos.

-Manek, pour écrire son article le journaliste il n’est jamais sorti de son bureau parisien. 

-FAUX, il a du l’écrire d’une terrace de café, en refaisant le monde. 

Putain ça commence fort, il aurait pu commencer son article par l’excellent article de Romain, mais non il choisit une citation random de Yoopie.net.

https://www.thailande-et-asie.com/pourquoi-parle-jamais-pattaya/

C’est un peu comme comme écrire un article sur le PSG en citant un supporter de OM<

Alors oui Mbappé on l’a aimé en Juillet mais maintenant Les parisiens ont les Silom Soi 2 dans le vieux port. 

Vous pouvez lire l’article mais attention pour le lire il va falloir payer, un contenu Pang à click.

Si tu veux aller à la plage, va à Phuket, si tu veux baiser, va à Pattaya ! » Cet aphorisme cash, lâché par un certain Jeanjean23 sur youppie.net, un forum d’amateurs de sexe tarifé, a le mérite de la clarté. Pattaya, grosse station balnéaire thaïlandaise à deux heures d’autoroute à l’est de Bangkok, se trimballe, depuis des décennies, l’image du plus grand lupanar à ciel ouvert. Non pas du pays. Mais du monde. La ville ? Construite à la va-vite durant la guerre du Vietnam près du golfe de Thaïlande, elle se résume à une poignée de rues et de ruelles qui irrigue une suite ininterrompue de troquets, de salons de massage (“happy ending” garanti), de cabarets porno, de bars à go-go et d’hôtels plus ou moins borgnes… On y croise aussi des palaces flambant neufs financés par on ne sait qui.

Pas de temples exotiques ou de paysages enchanteurs, mais une sorte de Las Vegas asiatique totalement désinhibé où la monoculture du jeu serait remplacée par celle du sexe. Sous une nuit saturée de néons criards, d’odeurs de street food et d’éclats de musique, des filles aux cheveux lisses, talons hauts et short court hèlent le chaland, pour l’attirer à l’intérieur de l’Annabelle, du Sugarbaby, du Moulin-Rouge ou du Bliss… Et au milieu de ce canyon criard coule un lent fleuve de farangs en bermuda (diminutif thaï pour « Occidentaux » qui, à l’origine, désignait les Français, les farangset ) mais aussi de Russes, de Coréens ou de Chinois, déjà ivres ou à deux pintes de l’être, en recherche d’une fille à « séduire ». Parfois, ils promènent leur conquête de la journée, du soir ou de l’heure…

source : https://www.marianne.net/monde/pattaya-la-ville-du-sexe

 

L’article continue par une remarque sur les hôtels de luxe à Pattaya, comment sont-ils financés ? Nous allons demander l’aide de Charles, notre copain fan de Macron et des chemises bleues.

C’est notre mec de droite.

-Charles peux-tu nous expliquer la loi de l’offre et la demande ? 

-Alors Manek, selon Wikipedia En microéconomie, l’offre et la demande sont respectivement la quantité d’un bien ou d’un service que les agents économiques sont disposés à vendre ou à acheter à un moment donné sur un marché, ceci en fonction d’un prix considéré comme un paramètre.

-Charles, tu es en train de faire un travail de journaliste lire une fiche wikipédia.

Notre copain journaliste bobo continue par nous déverser ses accusations son ancien numéro 22 du Milan AC sans preuves.

pattaya la ville du sexe

Alors cher ami journaliste, les hôtels de luxe de Pattaya sont fréquentés par des familles asiatiques qui profitent des vols directs vers Bangkok pour passer un petit week-end à la mer. Un peu comme toi quand tu décides d’aller en Normandie avec tes chiens.

Tu vois l’Intercontinental Pattaya n’est pas un hôtel de passe.

Pattaya la ville du sexe en Asie, mon coup de gueule

Résumer Pattaya au sexe est une erreur. Certes il y a la walking street, des freelances à Pattaya., mais la région de Pattaya reste une région sympa en bord de mer. De plus, vous allez trouver plus de prostituées à Tokyo qu’à Pattaya. Il y aurait selon cet article 300 000 prosituées au Japon contre 140 000 en Thaïlande.

-Putain Manek, tu viens de le mettre KO le journaliste de Marianne. 

-Fatality Charles, Fatality.

pattaya la ville du sexe

manek


Share.

About Author

manek

Photographe, écrivain raté, comique pas drôle, gras et gros et un peu chauve, Manek aime parler de lui à la troisième personne. Le seul ami de Manek, Charles habite dans le coin droit de son cerveau. Manek aime : Céline Dion, les inconnus, manger des testicules de fugu, et Pang son amoureuse virtuelle.

Un commentaire

  1. Déjà quand tu parles Thaïlande t’as bien 70% des gens qui sont pratiquement jamais sorti du territoire (ou de l’europe) qui résument le pays à Bernard de la Villardière et son reportage sur les filles de bar à Phuket. Pattaya c’est donc l’abomination!
    Ce qui est drôle, c’ est que tous les petits coincés du cul qui crient haut et fort qu’ils iront jamais jouer au docteur dans un bar à ST à yaya sont ceux qui iront le plus une fois sur place. Ne mourrez pas cons, allez dans un Gentlemen club vers 17h00 vous marrer jusqu’au repas avant de sortir sur la WS bon sang!

  2. manek

    Le journaliste de Marianne, c’est certain qu’il n’a jamais mis les pieds à Pattaya, il a du tout faire sur son macbook pro à 2000 euros en sirotant des bières à 8 euros dans un quartier branché de Paris, puis il est rentré chez lui regardé des émissions de bobos à la télé.

    Cet article est à vomir, il m’a fait sorti de ma retraite d’écrivain raté. Si tu suis sa logique, Tokyo est la ville du sexe, Paris celle des travestis brésiliens, Bruxelles la ville des frites ( quoi que ça c’est vrai ).

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer